Maururuu papa de Lymace sélectionné à la 4ème édition du Vini film festival on Tntv

468 ad
Maururuu papa de Lymace sélectionné à la 4ème édition du Vini film festival on Tntv

Synopsis

Un beau matin, un enfant décide de partir à la pêche pour tenter d’attraper un poisson. Il prend calmement sa canne et part s’installer tranquillement au bord de l’eau sur un banc. Le temps passe et l’enfant se met à s’endormir avec sa canne à pêche à la main quand soudain, la canne se met à bouger brusquement. C’est ainsi que l’enfant réussi à attraper un gros poisson et s’empresse fièrement d’aller le remettre à son père , cette personne qu’il admire et remercie du fond du cœur pour toutes les choses qu’il lui a appris. La reconnaissance de cet enfant pour son père est simple et sincère voir
exemplaire.

Le réalisateur

Le réalisateur est né en Polynésie et à un penchant artistique et autodidacte depuis son plus jeune âge. Il y a 21 ans, pendant sa période adolescente, il se passionnait déjà pour la de film amateur avec comme acteurs une bande de copain. C’était au temps des cassettes 8mm, des PC dinosaures et des cartes graphiques Pinnacle. Il s’essayait aux trucages basiques mais sympathique (disparition, sauts énormes, stop-motion manuel …) grâce aux coupures manuel de plan et à une caméra double optique Sharp (wide fixe et zoom). Il fit également quelques court-métrages et clips amateur privée pour lui même et d’anciens groupes de Rock locaux.
Depuis 15 ans, après avoir fait divers métiers dans le monde du bâtiment y compris la publicité, il est devenu dessinateur et concepteur architectural et est l’auteur de divers constructions sur le Fenua. Récemment, afin de tenter de révéler les talents d’animateur 3D d’un membre de la famille, Alexandre Anfrie, le réalisateur lui lance le défi de faire le du film; question de « créer », de « se lancer » dans la réalisation d’un projet et surtout «d’aller jusqu’au bout » du projet.
Ce dernier ayant accepté le défi, c’est alors que le pris son envol, puis vint le tournage, la modélisation 3D, la recherche de la musique sous licence et enfin le montage du Film avec un résultat qui est déjà une petite victoire en soit car le défi a été tenu, le Film est bien né.
Ce fut une belle aventure et un beau challenge d’insérer une animation 3D dans un espace réel.

Le film

L’interview

Maururuu papa de Lymace sélectionné à la 4ème édition du Vini film festival on TntvIaorana tout le monde, on m’appelle Lymace. Mon métier, rapidement, je dessine des maisons et les réalise avec une équipe de professionnels du bâtiment. D’une manière générale, j’aime tous les domaines qui stimulent la créativité, et le 7ème art est vraiment une excellente cours de jeu créatif.

As-tu déjà participé au on Tntv ?
J’ai participé pour la première fois au Vini Film Festival on Tntv l’année dernière avec mon filleul Niuhiti Pugibet pour « Plan A , Chikungunya ». L’objectif était de révéler ses talents d’. Ce fut une belle aventure qui s’est d’ailleurs bien terminée. Niuhiti a reçu le prix du « meilleur » et à ma grande surprise, j’ai reçu celui du « Faa’ito’ito ».

Tu viens d’apprendre ton film est sélectionné en compétition pour la 4ème édition du Vini film festival on Tntv, une réaction à chaud ?
Yihiiiii, c’est reparti, mais cette fois, avec Alexandre Anfrie (25ans) d’« AlexAnime », un passionné de film d’animation en trois dimensions. En effet, Alexandre a fait plusieurs années d’études en Nouvelle Zealande, Aukland, à « AUT » section « Digital design » et est récemment rentré sur le territoire.
Ce passionné m’a donné l’envie de réaliser avec lui un mêlant « la réalité » avec de l’ « animation » sur fond d’histoire assez riche de sens selon moi. Il a écrit la trame de base de l’histoire et nous l’avons amélioré ensemble pour tenter d’y mettre plus de profondeur et plus d’authenticité Polynésienne.

Comment s’est passé le tournage du film, racontes-nous l’aventure du début à la fin ?
Le tournage a vraiment été particulier pour nous car il fallait imaginer « l’enfant animé » dans l’action, il fallait donc filmer sans rien voir et ruser pour tenter de réussir du mieux possible. Ainsi, pour les scènes de travelling, plusieurs vidéos avaient été prises pour s’assurer d’un bon collage avec le modèle animé par la suite.
Le challenge c’est également porté sur les délais de réalisation globale du court métrage «Mauruuru papa », car 1 seconde, équivalant à 25 images, demandait parfois plus d’une heure et demie de rendu. Ainsi, le report de date de remise de court métrage pour le concours a permis à Alexandre d’améliorer grandement son travail d’animation mais nous a aussi mis dans une situation de rush vers la fin =:), d’où quelques petites erreurs de clarté de titrage =:/
A voir le produit final, il est difficile de voir le nombre de détails qui avait été considéré lors de la réalisation comme par exemple, les timings de clignements des yeux, les mimiques de l’enfant, les expressions de son visage, sa dynamique dans l’espace, sa manière de tenir sa canne à pêche … voir les transitions avec les feuilles de « Purau » pour la signature locale … etc …
En ce qui concerne la traduction en tahitien du texte situé dans la deuxième partie de « Mauruuru papa », j’ai travaillé avec « Ropati », un professionnel de notre langue habitant sur Moorea. Ce dernier m’avait transmis deux traductions, une classique et une autre plus poétique. Lorsqu’il m’a décrit le sens de ses deux traductions, mon choix s’est porté sur la version poétique pour tenter de donner encore plus de valeur à l’histoire. (C’est fou comme la est riche de sens et de valeurs symboliques.)
Nous avions présenté le texte à plusieurs Tahitiens qui ont été plutôt ravi de notre démarche et des textes. Enfin, ce fut vraiment une superbe aventure de pouvoir réaliser un film de ce genre.

Quelle est l’histoire du film, qu’est-ce qu’il raconte ?
Maururuu papa de Lymace sélectionné à la 4ème édition du Vini film festival on TntvL’histoire de base qu’Alexandre voulait raconter était à peu près similaire à la version finale mais a du être modifié plus de 5 fois afin de s’adapter aux délais que demandaient la partie technique, logiciel et ceux demandés par le ViniFilmFestivalonTntv. En gros, l’idée était de montrer un enfant reconnaissant des connaissances que lui avait transmises son père.
Ainsi, c’est l’histoire d’un enfant qui part à la pêche, patiente, patiente, patiente jusqu’au moment où un poisson mord à son hameçon. Heureux de sa prise, il s’empresse d’aller le montrer à son papa pour enfin se rappeler que c’était grâce à ce dernier qu’il pouvait à présent pêcher seul.

(Une des personnes qui avait grandement apprécié « Mauruuru papa » m’a contacté pour me dire que cela lui avait fait pensé à un proverbe chinois qui disait: « Donne un poisson à un homme, il mangera un jour Apprends lui à pêcher, il mangera toujours » Si nous avions connu ce magnifique proverbe avant la réalisation, je pense que nous l’aurions peut être orienté dans ce sens.

Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées ?
J’aurai tendance à dire que tout a été difficile à réaliser car tout était nouveau pour nous. Ensuite, s’il fallait nommer les principales difficultés, je dirais: Tourner à la presqu’île en une journée en attendant que la pluie cesse entre deux prises, filmer plusieurs scènes en imaginant le « personnage animé », faire l’animation (pour Alexandre) de sorte à la caler à la musique, mettre le bon timing du texte en tahitien de sorte à ce qu’un tahitien puisse avoir le temps de le lire … trouver de belle feuilles de « Purau ».

Maururuu papa de Lymace sélectionné à la 4ème édition du Vini film festival on TntvUn bon souvenir à nous raconter ?
On s’est bien amusé tout le long de la réalisation du film et tout particulièrement la scène avec le poisson car vu qu’il était mort, on tentait de bouger la canne qui le tenait pour que sa queue bouge comme celle d’un vrai poisson, ou du moins ressemble quelque peu à un vrai poisson. La scène où le poisson sort de l’eau a été faite plusieurs fois car notre poisson ne voulait pas couler – il flottait – et ce dernier sortait de l’eau à plat , genre pas réaliste du tout mais franchement comique à vivre.

En quoi un festival de ce type peut être important ?
Le ViniFilmFestivalonTNTV est vraiment un bon support pour partager et montrer à un grand nombre de polynésiens des talents locaux en devenir. Car des talents Polynésiens, je suis convaincu qu’il y en a beaucoup chez nous. Après, la question est, comment les révéler aux autres Polynésiens et à la personne elle même qui se découvre un peu plus lors de l’élaboration de l’oeuvre.
Ce Festival est également une bonne opportunité pour s’entrainer à se mettre dans le bain, se lancer des défis et tout faire pour atteindre le ou les objectifs définis à la base.

Quel message pour les membres du jury et pour les internautes qui vont être amenés à voter pour ton film ?
Je n’ai pas vraiment de message particulier à passer si ce n’est « faites vous plaisir » en regardant « Mauruuru papa » car nous y avons mis beaucoup de coeur.

Un autre sujet à aborder ?
« Mauruuru »

Après le succès des trois premières éditions, l’APICA, Association pour la Promotion de l’Image, de la Création et des Arts en organise, en partenariat avec Tntv et Vini et avec le soutien d ‘Air Tahiti nui, du Scan, du Ministère de l’Education et de l’Enseignement supérieur, du centre Vaima, de l’UPJ, de , de Air Tahiti, de Pacific films, des agences Cyclone et Pub Conseil, de , de la Compagnie Chanpagne, de la délégation de la à Paris et du Syndicat des producteurs audiovisuel de la , le Vini film festival on Tntv, concours de création de courts-métrages tournés avec un téléphone, un smartphone ou une tablette.

468 ad
Go To Top