Les postes et les étapes clés de la création d’un film

Les postes et les étapes clés de la création d’un film

Le processus de création d’un part d’une idée originale et englobe les étapes d’écriture, de tournage et de montage jusqu’à la présentation de l’œuvre au . La chaîne de fabrication d’une œuvre implique une collaboration entre de nombreux techniciens et artistes.

Les postes clés de la création d’un film

Le scénariste

Il écrit le du film. Cela peut être une fiction de long métrage ou de , une publicité, un téléfilm, un clip ou une série. Il assume généralement de nos jours la fonction de dialoguiste. Il peut travailler à partir d’un livre et en faire une adaptation: il achète alors une option sur les droits de l’œuvre comme peut le faire un producteur ou un réalisateur qui peuvent l’engager pour ce travail.

Le plus souvent, il invente la totalité de l’histoire. Ce métier est habituellement un métier solitaire, qui implique de longues recherches personnelles ; c’est une aventure très personnelle que la création de personnages et d’une histoire. Cependant, comme c’est un travail complexe qui demande une bonne connaissance de la dramaturgie, les scénaristes travaillent parfois à plusieurs pour stimuler leur imagination et avoir un avis professionnel qui leur donne du recul sur ce qu’ils créent. Les scénaristes peuvent faire appel à des documentalistes, par exemple dans le cas d’un film à contexte historique. Un scénario peut aussi être spécialement adapté pour un / préalablement pressenti afin d’en interpréter le premier rôle1.

Le scénariste découpe son histoire en séquences de scènes qui correspondent souvent à un changement de décors, de temps ou d’action.

Le réalisateur

Il assure la responsabilité d’ensemble de la création artistique du film. Il est rémunéré par une société de production qu’il a convaincue de produire le film ou qui l’a engagé dans ce but. C’est lui qui met en scène l’histoire à partir du scénario.

Il propose une interprétation personnelle de cette histoire, en collaboration avec les chefs de poste, qui sont le directeur de la photographie, l’ingénieur du son, le directeur artistique (ou décorateur), la costumière et le compositeur. C’est lui qui, à l’instar d’un architecte, a l’idée générale du projet. Il découpe l’action en plans à partir de la mise en scène et, sur le plateau de tournage, dirige le jeu des comédiens. Le découpage peut être « storyboardé ». C’est le cas couramment pour les publicitaires où il sert, avec la note d’intention, de cahier des charges. Le storyboardeur est un proche collaborateur du réalisateur au même titre que le premier assistant réalisateur. En Europe, le réalisateur est souvent le propre scénariste du film. C’est la notion d’auteur-réalisateur. En revanche aux USA, le travail du réalisateur est soumis à l’appréciation du producteur (final cut).

Très souvent, le réalisateur a un style et un univers spécifique. C’est quelquefois en fonction de ses films précédents qu’un producteur choisira tel ou tel réalisateur.

Le premier assistant réalisateur

L’assistant réalisateur est le collaborateur artistique et technique direct du réalisateur, lequel lui délègue un certain nombre de missions.

Ses principaux collaborateurs sont : le réalisateur, le directeur de production, le régisseur général, les chefs de poste techniques : directeur de la photographie, chef décorateur, accessoiriste, costumière, ou encore maquilleur.

Avec son équipe composée d’un ou plusieurs assistants (deuxième et troisième assistant), le 1e assistant réalisateur met en place et dirige la figuration.

Il commence la préparation du tournage par une lecture attentive du scénario qui permet d’établir le dépouillement. C’est une étude précise de chaque séquence qui sert à lister tous les éléments nécessaires à la réalisation du film (personnages, décors, costumes, accessoires…). Il organise ensuite les repérages. Il propose au réalisateur différents lieux de tournage possibles pour chaque décor. La distribution peut être effectuée par le premier assistant réalisateur si la production n’a pas engagé de directeur de casting. L’assistant réalisateur est responsable de la planification du tournage. Pour cela il établit le plan de travail en accord avec le producteur et/ou son représentant; Il coordonne et encadre les différents départements en préparation (répétitions des comédiens, essayages des costumes, répétitions des cascades, et repérages) et pendant le tournage (suivi du planning, respect des horaires, direction de la figuration); Il supervise également avec le directeur de production et le régisseur général les conditions de sécurité du tournage.

Sur le tournage, il est constamment aux côtés du réalisateur, et l’assiste en supervisant la bonne entente et la coordination du plateau. Il fait respecter le silence sur le plateau lors de la prise d’images, annonce les répétitions, s’enquiert de la faisabilité des prises…

Il supervise chaque jour pour le lendemain la feuille de service, « ordre de mission » de la journée de travail (et élaborée par le deuxième assistant réalisateur ou le régisseur).

La scripte

Le métier de scripte (en anglais : script supervisor) est essentiellement féminin, notamment en . Le scripte fait partie de l’équipe de tournage. C’est un métier d’observation minutieuse et d’organisation détaillée : le scripte assure la continuité des scènes et de leur conformité au scénario, elle note tous les détails du tournage. Elle doit assurer un parfait raccord entre les plans, les scènes et les séquences. Elle travaille aux côtés du réalisateur, avec une pensée constante du montage.

En phase de pré production : vers la fin de la préproduction, son travail est d’établir des rapports basés sur la lecture du scénario, du synopsis et la collecte de toutes les informations rassemblées pendant cette phase préparatoire.

Elle doit fournir des informations sur la durée prévisible du film, le découpage de chaque scène : sa place dans l’histoire, l’heure de la journée (dans le scénario) etc. Ces rapports seront utilisés par les différents départements afin de déterminer l’ordre des prises le plus avantageux et assurer que chaque département est synchronisé au niveau de la progression interne du film.

En phase de production : la scripte est considéré comme le bras droit du réalisateur et du directeur de la photographie, elle est le garant de la cohérence des raccords de plans tant pour les décors que pour les costumes et le maquillage (la prise de photos instantanées lui apporte une aide précieuse) ainsi que la coiffure, les accessoires, la lumière et surtout les regards entre les personnages.

Elle peut aussi apporter un autre regard sur la direction d’acteur, sur le découpage, suggérer, conseiller, et seconder la réalisation sur le plan du sens.

Elle doit aussi rédiger quatre rapports :

  • Un rapport pour le montage (choix des bonnes prises et informations utiles et nécessaires au montage)
  • Un rapport image (ou de tirage) destiné traditionnellement au laboratoire (qui ne se fait plus sous la même forme avec le tournage sur support HD)
  • Un rapport journalier ou « mouchard »4, qui indique de manière chronologique tout ce qui s’est passé dans la journée
  • Un rapport destiné à la production sur l’avancement du plan de tournage

Le chef décorateur

La collaboration du chef décorateur avec le réalisateur est étroite, et commence souvent bien avant la préparation officielle du film.

Après lecture du scénario, le chef décorateur recense les décors, effets spéciaux, accessoires, etc. nécessaires. Puis, en collaboration avec le réalisateur, il réfléchit au style, à la tonalité du film. Ensuite, il dessine les décors, si ceux-ci sont construits en studio, ou définit les aménagements nécessaires pour les décors déjà existants, dits « décors naturels ».

Contrairement au chef opérateur, le chef décorateur est responsable du devis et du maintien du budget de son département, budget qu’il établit en accord avec le directeur de production ou le producteur.

Il s’entoure de différents collaborateurs : assistant, chef constructeur, chef peintre, chef staffeur, chef menuisier, ensemblier, constructeurs, peintres, etc. Il doit aussi réunir l’ensemble des objets et aménagements nécessaires : meubles, accessoires, etc.

Il peut être également impliqué, selon le réalisateur, dans le choix du style des costumes, des véhicules, des effets spéciaux, comme cela se pratique aux États-Unis (Production designer).

Pratiquer ce métier pour le offre une palette très large d’intervention : le chef décorateur peut avoir à assurer la conception et la construction, non seulement des intérieurs et des extérieurs, mais également des bateaux, des avions, des trains, des rues, des bâtiments de tous styles et de toutes époques.

L’évolution croissante des effets spéciaux numériques intégrés aux décors pousse le décorateur de films à se former aux techniques nouvelles.

Le chef opérateur ou directeur de la photographie

Concepteur de l’image du film, il conçoit l’esthétique de l’éclairage et est donc un collaborateur essentiel de la mise en scène, de par son apport à la plastique du film. Lorsqu’il ne se consacre qu’à l’éclairage, et qu’un cadreur opère la caméra et assure le cadre, il dirige l’équipe d’électriciens-éclairagistes, celle-ci plaçant alors les projecteurs et accessoires selon ses directives. Il peut parfois assurer à la fois le cadre et la lumière.

Il est assisté par des chefs de poste:

  • Dans le domaine de la caméra, d’un premier assistant opérateur de prise du vue ou pointeur (chargé de faire le point) ;
  • Dans le domaine de la lumière, d’un chef électricien chargé de la gestion des installations d’éclairage ; Et dans le domaine de la machinerie, d’un chef machiniste qui supervise les mouvements de caméra (travellings, grues) et accroches de la caméra dans des endroits difficiles.
  • En cinéma numérique, d’autres postes d’assistants apparaissent, notamment pour la gestion des supports numériques : l’Ingénieur de la vision ou « DIT » (Digital Imaging Technician en anglais), est spécialiste technique des formats numérique et est un intermédiaire entre le laboratoire (numérique) et le tournage. Il est chargé de la création de rushs transcodés sur le plateau et du contrôle qualité.

À la finalisation du film, en postproduction, le Directeur de la photographie supervise également l’étalonnage des images du film.

Le chef opérateur du son ou ingénieur du son

Au cinéma, le chef-opérateur du son, ou ingénieur du son, (en anglais, sound mixer, production sound mixer, sound recordist…) est le responsable de la prise de son sur le tournage, travaillant en étroite collaboration avec son assistant, le perchman.

Il est le garant du son direct. Il fait le choix des microphones à utiliser, selon le son recherché, l’acoustique d’un décor ou bien encore pour le rendu d’une voix. Enregistrer au mieux la voix des acteurs en adéquation avec les choix artistiques et techniques du réalisateur est sa mission. Le chef opérateur du son collabore avec l’équipe pendant la préparation et le tournage afin d’avoir un son optimum ; les comédiens, les décors, les costumes, les cadres, la lumière et la machinerie sont le labyrinthe au travers duquel l’équipe son se fraie son chemin, parfois difficilement. Le bruitage et la post-synchronisation répareront les incidents sonores.

Le chef monteur

Le chef monteur ou monteur film assure l’assemblage des plans et séquences d’un film, c’est-à-dire le montage, pour en délivrer toute l’« essence » décrite par le scénario et voulue lors du tournage par le réalisateur. Il s’agit d’un travail complexe alliant une partie artistique importante (structure, narration, rythme) à une partie technique (gestion des problèmes de post-production, maîtrise des outils de montage, relation avec le laboratoire cinématographique, avec les monteurs son, etc.). De plus il est souvent soumis à une pression en termes de temps de travail.

Le producteur

Le producteur de cinéma choisit les projets et réalisateurs avec lesquels il souhaite travailler. Il accompagne et épaule le réalisateur dans les choix artistiques importants du film (scénario, casting, montage, etc.) ainsi que dans toutes les étapes de la fabrication d’un film.

Il réunit les éléments financiers, juridiques et administratifs nécessaires à la réalisation du film. Il est en général le représentant d’une société de production. Le producteur est représenté sur le tournage par le directeur de production, lequel négocie et met en œuvre les moyens techniques et humains pour mener à bien le tournage et dans le cadre du budget fixé par le producteur.

Au quotidien, c’est le directeur de production qui est présent sur le tournage et représente la production.

Le directeur de la production

Il dirige le travail de production dans la réalisation d’un film, d’un téléfilm, d’une publicité, d’une émission télévisée ou d’une création théâtrale selon les délais et les budgets établis. Pour cela, il définit les besoins en personnel (artistique et technique), constitue l’équipe de production en collaboration avec le réalisateur et le producteur, négocie les rémunérations et les contrats de travail, gère le budget de production et veille à résoudre en cours de production tout problème relatif à l’organisation du travail et du personnel.

Il négocie également pour le producteur tous les moyens et matériels techniques en préproduction, en production et en postproduction.

Ses collaborateurs directs sont le régisseur général, l’administrateur de production, le/la secrétaire de production ainsi que l’assistant réalisateur.

Le régisseur général

En cinéma et télévision, le régisseur général, collaborateur direct du directeur de production, est le responsable de l’organisation matérielle et logistique d’un tournage.

Il intervient dès la préparation du tournage en participant au repérage des décors et lieux de tournage.

Sa mission est de permettre le tournage sur les décors repérés. Cela comprend donc les demandes d’autorisations de tournage auprès de particuliers, des autorités (mairie, préfecture de police, DDT…), l’organisation des accès et le stationnement des véhicules techniques (camion machinerie, éclairage, régie, loges, cantine, …), l’organisation du transport et de l’hébergement, etc..

Pendant le tournage, il doit assurer la coordination de diverses opérations prévues au plan de travail et autres plannings. Il doit donc organiser les transports (de comédiens, d’intervenants, …), la prise en charge et les rendus de matériels, et de manière générale régler les problèmes pratiques.

Il est assisté d’un régisseur adjoint et d’assistants régisseurs adjoints plus ou moins nombreux selon l’ampleur du projet.

Il travaille en étroite collaboration avec l’assistant réalisateur ainsi que les différents chefs de poste. Avec le 1er assistant réalisateur, il supervise chaque jour la feuille de service pour le lendemain.

L’équipe de tournage est organisée comme suit:

Organigramme d'un tournage. Vini film festival on Tntv

Les différentes étapes de la création d’un film

Le processus de création d’un film peut s’étendre sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

Il comprend les 4 étapes suivantes.

1) La phase d’écriture et de conception du film, aussi appelée « le développement », consiste à développer une idée originale pour pouvoir ensuite la communiquer aux différents interlocuteurs nécessaires à la fabrication du film.

2) La pré-production consiste à définir puis rechercher les moyens techniques, humains et financiers qui permettront de réaliser le film. Pendant cette phase, le producteur établit le coût du film et trouve les financements. Il aide aussi le réalisateur à redéfinir son projet, en fonction des moyens obtenus.

La préparation du tournage se met en place et les divers lieux de tournage sont sélectionnés par le réalisateur en collaboration avec l’équipe technique et la production.

3) La production du film correspond à la phase d’organisation du tournage (constitution des équipes techniques et artistiques, casting, plan de travail) et au tournage proprement dit.
L’efficacité du tournage dépend généralement de la qualité du travail accompli en amont.

4) La post-production correspond à la phase de montage après le tournage. Les différents éléments du film (images, ajout éventuel d’effets spéciaux, sons) sont assemblés.

C’est seulement à l’issue de ces étapes que le film peut être diffusé.

Source : Wikipedia, Gralon.net, Tournages-alsace.org

Go To Top